Rechercher dans ce blog

mardi 29 décembre 2015

Economiser (ou plutôt "Eviter de gaspiller") le baume à lèvre.


Si, comme moi, vous utilisez pas mal de tube de baume à lèvre dans un hiver: vous êtes vous déjà amusé à mesurer la quantité de produit restant dans le tube, lorsqu'il est devenu inaccessible à vos lèvres ?
Suivant les marques et les modèles, plus d'1 quart de "matière" reste encore dans le tube lorsque vous le jetez (ouais, moi aussi ça m'a énervé! : -)

Depuis longtemps, ma compagne à l'habitude d'utiliser jusqu'au bout ses tubes de baume à lèvres en utilisant un tige, le manche d'une petite cuillère, etc.. pour aller curer cette partie du baume ("m'enfin évidemment! sinon t'as vu ce que tu jettes ?!")

Et moi, évidemment, c'est toujours quand j'ai rien sous la main que je suis arrivé au fond du tube : - )
Donc, depuis longtemps, je m'efforce d'être prévoyant et d'avoir toujours un tube d'avance (dans la boite à gant de la voiture, au fond de mon sac, etc..)

curage d'un tube
Tube vide
Mais depuis peu, je ne jette plus le tube vide et le ramène religieusement à la maison pour le stocker avec ses petits camarades, tout aussi vides.

Lorsque j'en ai un petit stock je m'attelle à curer la matière restante au fond du tube et la stocker dans un petit pot (récupération d'un pot de cosmétique vide).





Visiblement, la matière utilisée ne semble pas trop sensible au vieillissement, j'en ai jamais vu un pourrir ou moisir ?! (C'est beau le Bio!)

Après il suffit de prendre une noisette de baume avec son doigt et de le passer sur ses lèvres.


une vingtaine de "fond de tube"..

dimanche 13 décembre 2015

Améliorer le tirage et le rendement de votre chauffage au bois.


Peu après l'allumage
Vous avez un chauffage à bois (cheminée, poêle) et le tirage n'est pas terrible ?
Par hasard (encore une fois ?) je suis tombé sur une astuce intéressante.
(ça se dit "tomber sur une astuce" ?)

Pour tenter quelque chose (qui n'a absolument, mais alors, rien à voir, au contraire, avec une amélioration du tirage) j'ai rempli mon poêle, mais avec des bouts de bûche de 20 cm de long (d'habitude, j'utilise des bûches en 40cm à plat) mais posés à la verticale.
ça s'empire

Là, j'ai constaté et très rapidement, une accélération du tirage de mon poêle (qui n'a déjà pas besoin de ça!).

A un moment je me suis même demandé si je ne devrais pas étouffer le feu pour éviter une grosse catastrophe (voir mon article sur "éteindre un feu").

Finalement, en fermant toutes les entrées d'air du poêle et en mettant la VMC à fond, j'ai suis arrivé à maîtriser la flambée pour attendre tranquillement jusqu'à ce que le combustible s'épuise.
Il commence à faire très chaud

Après coup, je me suis rappelé cette vidéo sur la "bûche suédoise" où, pour optimiser la cuisson d'une casserole de survivaliste, une bûche est coupée en 4 dans le sens de la longueur; les 4 morceaux sont disposés à la verticale et le feu est allumé au centre des bûches.

Apparemment, la position des 4 morceaux de bûche (dans la vidéo) force la convection et un flux d'air supplémentaire qui augment grandement le tirage et le rendement du feu.

Il faut que je le calme. Je met le VMC à fond.
Dans mon cas, la petite dizaine de bûche côte à côte a provoqué une méga-combustion comme si j'avais une dizaine de brûleur à gaz.
Donc, chez moi, je le ferais plus, c'est promis : - )

Mais, du coup, je me suis dit que quelqu'un qui aurait un problème de rendement ou simplement de tirage sur son chauffage au bois, n'aurait qu'à utiliser cette disposition des bûches pour améliorer salement son rendement.

Enfin comme dab, si ça peut servir ne serait-ce qu'à 1 personne ou 2, je serais content.
ça commence à se calmer



Commentez cet article sans hésitation et surtout faites moi part de vos retours d'expérience. Merci.

samedi 12 décembre 2015

Gouge à poireau sauvage "spéciale feignant"

 

Non ce n'est pas une arme, mais un outil!
Dans ma région (et dans mon propre terrain) il y a pas mal de poireaux sauvages et c'est délicieux, aussi bien en condiment qu'en légumes.
Seulement voila, c'est un peu fatiguant pour le dos de se baisser pour les sortir du sol et les ramasser.

Alors pour les sortir du sol facilement (quasiment du premier coup) sans avoir à se baisser, je me suis fabriqué une gouge "spéciale feignant".
Un ami à qui je l'avais prêtè, m'a dit qu'elle était aussi très efficace pour les asperges, mais personnellement je pratique peu.

Matériel nécessaire:
. 2 fers de motoculteurs
. un bout de tube rond
. 4 petits bouts de fer plats
. un morceau de Fishbone, en alu, de planche à voile pour faire le manche.

J'ai légèrement retaillé le dessus des fers de motoculteurs (après les avoir détrempé dans mon poêle à bois et détordus à la masse) pour leur donner une forme légèrement recourbée, un peu comme une corne.
Le bout de tube rond (que j'ai, au préalable, ovaliser pour que le tube en alu rentre bien dedans) est soudé entre 2 fers plats parallèles, bien au centre.
De chaque cotés, je soude les fers de motoculteurs, pour former, donc, un rectangle avec un rond/ovale qui dépasse au milieu.
Les 2 fers plats restants sont soudés de chaque coté du tube rond, perpendiculaires aux 2 autres, pour servir de pédale pour enfoncer la gouge et de pivot pour l'arrachage.
J'ai retrempé le tout, à l'huile de vidange, pour l'endurcir et le protéger
Et enfin j'ai fixé le manche en alu qui tient avec un rivet pop.

Quand c'est la saison, je pose ma gouge 3 ou 4 centimètres en retrait de la tige du poireau sauvage.
Avec le pied, j'appuie sur un des fers plats qui sert de pédale. La gouge s'enfonce toute seule dans le sol sous l'effet de mon poids.
Je tire le manche en arrière, les "pédales" servent alors de pivot permettant d'extraire une carotte de terre rectangulaire contenant (généralement) le poireau sauvage.

La carotte de terre tient suffisamment pour qu'en remontant la gouge, je puisse l'attraper, sans avoir à me baisser et casser la motte avec mes mains et sortir le(s) poireau(x).
Gros plan sur la partie qui s'enfonce dans la terre


mardi 8 décembre 2015

Soigner, réparer les crevasses de l'épiderme (principalement sur les mains) simplement et pas cher


Comme je l'explique dans mon document "Réparer ses mains", je passe généralement l'hiver avec les mains abimés (lavages fréquents en semaine, travail en plein air le week-end).

Et, comme je l'indique aussi, pour les grosses crevasses (généralement au bout des doigts, au bord des ongles, surtout les pouces) j'utilisais un pansement liquide.

J'ai testé à peu prés tout ce que j'ai pu trouvé en pharmacie et en grande surface.
Je ne citerais pas de marque, ni de modèle, mais le plus efficace, très loin devant les autres, est une petite fiole en verre de 3.25 ml qui s'applique avec le petit pinceau contenu dans le bouchon.
Oui, exactement comme du vernis à ongle.

Et c'est d'ailleurs ce qui m'avait donné l'idée d'essayer de soigner mes crevasses directement avec du vernis à ongle, mais je n'avais jamais fait le test "en réel".
Dernièrement et avec l'arrivée des premiers froids, j'ai sauté le pas et emprunté, à ma compagne, un de ses vernis à ongle incolore.

D'abord un bon nettoyage des mains, voire un petit coup de désinfectant pour bien aseptiser la(es) plaie(s). Ensuite, bien sécher la peau pour que le vernis adhère mieux.
Et hop, par dessus (et un peu dedans aussi) la crevasse, un coup de vernis à ongle.
La plaie se trouve ainsi protégée sous un film protecteur et la nature fait le reste.

J'aurais cru que le vernis à ongle picote (encore) plus que le pansement anti-crevasse, alors qu'en fait c'est le contraire: Le vernis ne "pique" quasiment pas (alors que le pansement liquide voui!).

Dans mon cas (en tout cas), la réparation de la crevasse se déroule aussi bien et aussi vite qu'avec ce pansement liquide d'une marque très connue.

La différence ?
. La disponibilité:
- Dans mon "quartier", je ne trouve "mon" pansement liquide, que dans une seule chaine de super marché (même pas en pharmacie ??). Les autres n'ayant que des pansements liquides en spray (pas efficace du tout).
- Le vernis à ongle, y en a partout.

. Le prix:
- Pansement liquide (même sur le Web), une 10aine d'euros les 3,25 ML
- Vernis à ongle incolore: 1,5€ les 10 ML.


lundi 7 décembre 2015

Eteindre ou calmer sérieusement un feu de cheminée

Je parle d'un feu qui ne se calme pas même si on coupe toutes les arrivées d'air du foyer, et qu'on met la VMC de la maison à fond pour créer une dépression d'air et le priver encore plus d'air.

Une astuce d'un ami, ancien pompier, qui m'avait expliquer comment éteindre un feu ou calmer un feu de cheminée ou de poêle qui prend des proportions dangereuses (par exemple, quand on a trop remplit et que tous le bois s’enflamme d'un coup).

Surtout pas d'eau évidemment.
Les éléments métalliques très chaud ne résisteraient pas bien au changement brusque de température, ou, au minimum, se déformeraient.

Éviter aussi l'extincteur autant que possible, ça fait négligé de mettre un coup d'extincteur au milieu du salon.

En fait, il suffit de toujours avoir un (ou 2 ou 3, suivant la taille du foyer) seau(x) de sable à disposition.
A l'aide d'une bonne petite pelle (petite pelle creuse comme dans les confiseries : -), recouvrir le bois avec du sable pour étouffer le feu.

Voila, après refroidissement, il suffira de nettoyer le tout.