Rechercher dans ce blog

mercredi 28 septembre 2016

Changer le tuyau, ou le flexible, d'un jet dentaire.

Cassé le flexible ) - :
Le talon d’Achille du jet Dentaire (à part la pompe, si on la fait trop tourner "à sec" évidemment : - ) c'est le flexible.
Vous savez: le petit tuyau blanc qui relie la pompe à l'embout (apparemment on dit aussi une "lance").

Ce petit tuyau, en tire-bouchon, finit par devenir cassant... et casser.

J'avais déjà effectué, sur un ancien jet dentaire, l'échange standard, un peu coûteux (sur ce modèle, le tuyau tout seul n'était pas vendu, il fallait acheter flexible + Embout).
Mais ce nouveau flexible était aussi devenu cassant lui aussi, et, je l'avoue, que ça m'avait soûler alors je l'avais remisé.

Entre-temps, ma femme a acheté un nouveau jet dentaire, qui, lui aussi, a finit par "casser du flexible".
Comme ça m'avait déjà bien travaillé pour le premier, là j'ai cherché une solution alternative
("alternative" à "faire marcher le commerce en se soumettant à l'obsolescence programmé" s'entend!)

J'ai eu l'idée de tester le remplacement du flexible "d'origine" par de la tubulure de perfusion.
Philips démonté

Braun démonté
Déjà parce que j'en avais sous la main (merci Sophie!) et aussi pour la différence de prix (on trouve ce genre de tube, pas cher, non seulement dans les magasins d'équipement médicaux, mais aussi et surtout, dans les magasins d'aquariophilie).

Je craignais que la souplesse du tube soit un problème: soit que le tube gonfle par endroit ou qu'il ne tienne pas bien en place.

Et bien, j'ai fait la réparation depuis quelques mois et à ce jour aucun problème.

J'ai donc procédé au démontage de mon appareil "Philips HX2220/A" sans rencontrer de problème particulier. 4 vis au dessous de l'appareil et tout se déboîte.
La lance a un vis cruciforme au dessous aussi.

Sur la sortie de pompe, une petite bague en pastique blanc sert de fixation au tuyau.
Jonction sur le Braun

Lance Philips avec le nouveau flexible
Sur la lance, par contre, le tuyau est tenu par 2 pinces qui se resserrent lorsqu'on le remonte. Et là, le nouveau tuyau manque de rigidité ou d'épaisseur pour rester en place.

Que cela ne tienne: j'ai coupé un petit bout de l'ancien tube que j'ai inséré dans le nouveau tube.
Et j'ai emboîté le tout sur l'embout de la lance: là ça tient!



Du coup, j'ai exhumé mon précédent jet dentaire "Braun Oxyjet" de mon stock de matériel "à réparer un jour" et j'ai entrepris de le réparer aussi.
Lance Braun

Philips réparé!
Là aussi, rien de particulier. 3 vis à l'arrière et 1 en dessous puis tout se déboîte.

La lance se démonte par le bas, le mécanisme est juste clipsé.
Le flexible ne se branche pas directement sur la pompe, mais sur un autre flexible annelé.

Il y a 2 bagues plastiques pour la fixation du flexible: un dans la lance et l'autre dans l'appareil.



Voila, du coup, maintenant, j'ai un jet dentaire d'avance (en "roue de secours" comme disait moi-même).

Complément Octobre 2016

En testant "en réel live", mon Jet dentaire Braun avant de le remiser complètement dans le garage, je me suis rendu compte d'un petit soucis: Si je laisse la pompe tourner trop longtemps (quelques secondes en fait) avec la lance fermée, la pression finit par déboîter le tuyau, soit dans la lance, soit en sortie de pompe.


Mon astuce du petit bout de l'ancien tube n'a pas été très efficace: le bout de tube blanc a finit par se fendre et fuir aussi. ) - :

Du coup, j'ai utilisé une autre technique pour "sertir" le tube de perfusion, décidément beaucoup (trop ?) plus souple que le tube d'origine: 2 petites bagues de gaine thermorétractable.
Pourquoi 2 ? par sûreté, mais 1 aurait certainement pu suffire.

J'en ai d'abord positionné une que j'ai chauffé pour la faire rétrécir.
Puis j'ai positionné par dessus la seconde que j'ai chauffé aussi (on voit un léger bourrelet, sur le tube transparent, due à l'étranglement).

Plutôt qu'un briquet, pour éviter d'endommager le reste du matériel en plastique, j'ai utilisé un chalumeau à air chaud (c'est comme un décapeur thermique) avec un embout tout fin, pour pouvoir viser, au mieux, seulement les gaines thermorétractables.

Le premier test de résistance, à chaud fut un échec: ça tenait pas beaucoup.
J'ai dû tout recommencer ) - :

En fait, le tube était encore trop mou, à cause de la chaleur et malgré la pression des gaines thermorétractables, il glissait pas mal.

Il faut laisser refroidir complètement l'ensemble avant de vérifier que ça tient en tirant dessus avec les doigts.

J'ai évidemment appliqué le même traitement aux 2 bouts du tuyau, donc en sortie de pompe aussi.

Le test en "réel live", en marche, avec la pression et tout et tout, est impeccable. Pas de fuites, plus de déboîtement du tuyau.



mardi 6 septembre 2016

TENS: Soulager, arrêter la douleur sans médicaments, par l'électricité

Alors soyons clair d'entrée:
. Je ne veux pas vous vendre du TENS, je n'ai strictement rien à y gagner!
. Je ne dis pas que le TENS est un produit miracle, il ne guérit rien en fait: la maladie ou le traumatisme demeure. Il ne fait que soulager (mais c'est, souvent, déjà beaucoup).
. Je ne fais pas de pub pour SportRecup, SelfMed ou COMPEX, il y en a plein d'autres marques d'électro-stimulateur qui font du TENS. Il vous suffit de lancer une recherche Google pour en trouver des caisses.
. Je ne suis pas anti-médicament, d'ailleurs, moi, j'adore les antibiotiques! (mais seulement quand c'est nécessaire évidemment)

Je veux juste témoigner (là, de suite, ça fait plus sérieux) que le TENS ça fonctionne réellement, du moins dans le cas de ma chère et tendre.
Et donc qu'il est possible, dans certains cas, d'éviter de prendre des anti-douleurs, anti-inflammatoires et autres opiacés.
Et si, avec cet article, il y a au moins une autre personne qui trouve un soulagement par le TENS, je serais content (n'hésitez pas à commenter cet article).

Ma compagne est (malheureusement) atteinte d'une pathologie chronique (et auto-immune) qui la gratifie régulièrement de crise de douleur aiguë, appelée "crise inflammatoire". Ses douleurs sont principalement localisées aux alentours des os du bassin et comme elle le dit "j'ai mal dans les os!".

A un moment donné, le cercle vicieux "anti-inflammatoire / accoutumance" l'avait amené à devoir prendre des opiacés pour supporter la douleur.

Quelques temps auparavant, un collègue de travail, Yannick pour ne pas le nommer, m'avait raconté que son père, maçon prés de la retraite, était devenu un accro de la fonction TENS de l'électro-stimulateur COMPEX qu'il lui avait offert.
Tous les soirs, il se faisait une petite séance avant d'aller au lit pour ne pas être réveillé par ses douleurs.

L'appareil en question (haut de gamme avec 16 électrodes) a des fonctions permettant de muscler, de masser et aussi de soulager (TENS) les sportifs.
Un électro-stimulateur est un appareil gros comme un combiné téléphonique, qui fonctionne avec des piles, d'où partent des paires de fils qui se terminent par des électrodes (des patchs) qu'on se colle sur le corps. On lance un des programmes, en fonction de ce qu'on veut se faire subir.
L'appareil envoi alors des impulsions électriques dans les électrodes à une intensité et à une fréquence déterminées par le programme.

N'ayant jamais entendu parler, particulièrement, de TENS, je suis donc parti à la pêche aux informations sur le web, mais aussi auprès de professionnels médicaux, qui m'ont d'ailleurs fort déçu, au passage (si je les avais écouté, on aurait jamais essayé).
Je vous enjoins évidemment à ne pas prendre pour argent comptant ce que je dis et à aller vous même à la pêche aux infos pour vous faire votre propre opinion.

Pour expliquer simplement, le TENS est une impulsion électrique (légère, ça marche avec des piles bâtons le bouzin!) qui bloque l'influx nerveux (le message) de douleur.
La pathologie ou le traumatisme est toujours là, c'est juste qu'il ne vous fait plus mal puisque le message de douleur est intercepté.

C'est le même effet qu'un anti-douleur, mais sans les "à cotés" et les effets secondaires (somnolence, maux de ventre, allergie, etc) d'un médicament ou d'une drogue dans votre corps. De ce que j'en ai lu et, en tout cas, dans le cas de ma femme, aucun effet d'accoutumance n'a été observé.

Bref, ma petite compilation d'information m'a amené à me dire que: pour le prix (une 100aine d'euro), le gain possible était bien largement supérieur: il fallait le tenter!

J'ai jeté mon dévolu sur un électro-stimulateur principalement axé sur la fonction TENS : Le DoloPatch de SportElec.
Je n'ai pas d'action chez eux, mais comme leur machin fonctionne sans broncher depuis prés de 9 ans (et ce malgré une trempette dans du shampoing!): ça mérite d'être signalé.

L'effet a été immédiat dés le premier essai. Il n'y a même pas eu besoin de temps d'adaptation.
Elle me dit ressentir un léger fourmillement et surtout une disparition de la douleur (moi j'ai jamais essayé, j'aime bien souffrir : - )

Donc en période de crise, après avoir passé une journée de travail, bien taraudée par la douleur (vous savez, quand ça vous pétrifie le cerveau ?) le soir en rentrant, elle filoche dans la salle de bain se poser ses patchs et démarrer son appareil.
On entend juste, quelques instants, les bip bip des touches de l'appareil et généralement un "ahh" de soulagement.
La douleur est simplement "débranchée" pendant le temps d'exécution du programme (généralement une demi-heure), mais ça lui offre un temps de repos, de soulagement réparateur.

Mais vous allez me dire "Pourquoi elle ne l'utilise pas dans la journée à son travail ?"
Alors là, personnellement, j'ai abdiqué quand à comprendre le pourquoi des femmes!
Et je vous propose même pas de lui poser la question: elle vous répondrait même pas, comme je la connais.
A ma connaissance, il n'y a aucune contre-indication à utiliser un tel appareil, en pleine journée, à son travail (j'ai même un collègue qui se musclait les abdos, comme ça, au travail : - ).

Voila, c'était en 2008 qu'elle a commencé à pratiquer le TENS avec son DoloPatch et depuis, le seul anti-inflammatoire qu'elle consomme, c'est du Doliprane.

Je lui ai proposé d'en acheter un plus gros, plus sophistiqué mais elle ne veut pas:
"Celui-là fait exactement ce dont j'ai besoin, je veux pas plus. Quand il grillera, on verra"
(on dirait que j'ai une femme raisonnable non ? : - )

Donc si vous souffrez de douleur, chroniques ou non, et suivant votre pathologie, je vous enjoins fortement à vous intéresser de prés au TENS.
Il n'y a pas que des grosses douleurs bien handicapantes, comme dans le cas de ma compagne, mais aussi de petites douleurs, mais qui à la longue finissent par user le corps et l'esprit aussi.
N'hésiter pas non plus, à vous pointer dans un magasin spécialisé et à demander à faire un essai "pour être sûr" dans votre cas précis.
La seule contre-indication que je connaisse est le port d'un Pace Maker, mais là aussi, faites votre propre enquête pour voir s'il n 'y en a pas d'autres.

Moi je pense qu'il vaut mieux "bouffer des piles" que "bouffer des médocs" à hautes doses, s'il est possible de s'en passer.